De l’activité à l’inactivité

Photo @Grosœils

J’ ai toujours été active, et j’ai commencé à travailler à l’âge de 17 ans pour payer mes extras ainsi que mes études. J’ai fais de nombreux métiers. Et, il y a quatre ans et demi, j’ai suivi une formation pour être aide à domicile lors de mon arrivée en Normandie.

Lors, de cette formation nous avons travaillé sur les bénéfices du être actif pour le “bénéficiaire*” comme l’appelle ma boite !

L’inactivité est une des causes du mal du siécle. Les muscles s’afaiblissent, ce qui engendre des mauvaises postures, tu entres dans l’incapacité des tâches quoditienne et une perte d’indépendance, des maladies cardiaques, un probléme d’obésite, des cancers, de l’hypertension, du diabète, de l’ostéoporose et de la dépression. Nous savons que bouger est nécessaire à une bonne santé. Les recherches le prouvent. Il y en a toute une liste mais il faudrait que j’ouvre un article dessus. Bouger apporte une meilleur santé, une meilleur estime de soi, une plus forte musculature, une détente et une réduction du stress, un contrôle du poids, avoir plus d’énergie et une autonomie accrue à un age veillissant. “Continue à faire les choses, car le jour ou tu arrête de les faire, tu ne ppourras plus”. Phrase que la grand mère de mon compagnon dit souvent à sa soeur lors des repas, phrase que ma mère, ma grand mère me disent souvent.

Cependant, notre société a changé, nous pouvons ne pas avoir à nous lever de notre canapé pour avoir à manger. Nous pouvons accéder aux informations sans avoir à sortir de notre appartement grâce à la magie de la télévision et de l’internet. Nous pouvons entretenir une correspondance sans avoir à aller à la poste. Nous pouvons voir les gens sans sortir de chez nous grâce à la webcam. Nous pouvons nous faire livrer nos courses et faire les soldes grâce à nos téléphones. Nous pouvons même voyager grâce à Google (pratique si tu n’as pas un sou sur le compte).

Le sport, c’est pareil, nous pouvons si nous en avons les moyens faire notre sport à la maison en nous faisant livrer des haltères et des bancs, des tapis de course ou des vélos d’appartement. Désormais, il existe YouTube où les vidéos peuvent être reproduites en musique. Grâce à votre téléphone, des applications vous montrent comment bouger (faire du yoga, des squats, de la gym, des étirements). Puis, si vous n’avez rien de cela, il existe la télévision, les pionniéres Véronique et Davina puis désormais sur une autre chaîne. Mais, il faut se lever de bonne heure (quoique vous pouvez accéder au replay !)

Alors, pour le coté ludique de l’article, je te conseille cher lecteur de regarder Wall-E, le film d’animation de chez Pixar. Tu verras l’humain dans son devenir si il ne fait rien.

A mon âge, à mon stade d’inactivité, à quoi suis-je vouée ? Bien, aujourd’hui, j’ai décidé de te raconter cette journée.

Je me suis levée vers 7h, j’ai bu un café, puis un second. Consulter mon agenda : Rien de prévu pour la journée !!! L’horreur de se sentir inutile et inactif.

Alors, j’ai envoyé un message pour l’anniversaire de ma sœur, nous avons même échangé via les réseaux sociaux pour communiquer. Enfin quand je dis “pour communiquer” je devrais dire, pour l’entendre sur sa situation de mère isolée. (Je change de contexte là, non ? Oui. Bref).

Après quelques messages échangés avec mon compagnon et m’assurer que tout va bien de son coté, je prends ma douche, je m’habille de la tête aux pieds. Et arrive le moment où je décide de poser mes intentions pour ma journée (ouais, certains diront que cela ne même à rien mais au contraire, cela change tout ! Je t’en parlerais plus tard aussi ou pas) en buvant un thé généralement vers 10h. Je suis dans la créativité permanente. J’ai le temps le matin, je n’avais rien à faire ce jour, je n’ai nullement besoin de me presser ! Création, apprentissage, détermination sont maîtres mots de cette journée.

Ensuite, je prends vite fait ce qu’il y a à prendre sur les réseaux sociaux comme les nouvelles, tu connais ces informations hyper toxiques qui te minent le moral ? Untel à fait ci ? Untel a réussi ça ? Untel part au Népal ? (Désolée maman, je t’ai balancée pour le coup !). Puis, je fais le tour des actualités. Une guerre qui continue (elle a commencé que même mon arriére grand mère n’était pas née !), des attentats, des tempêtes, des incendies, des drames, mais toujours pas de bébés pandas, de la bravoure du mec qui à sauvé un enfant de la noyade lors de sa photo de mariage ….

Et, des “CEUX QUI NE SONT RIEN” et des “FAINÉANTS”, j’aurais presque envie de balancer l’homme qui le dit mais je suis sûre que tu en as déjà entendu parler ? Non ? Si ? Tiens une belle conversation à polémique si tu veux, on en cause.

Ben oui, je ne rentre pas dans les cases de la sécurité sociale, je ne suis pas sur le chemin du travail à 11h30, mais en même temps, je vous rappelle que je ne touche toujours aucun revenus ! La manche, j’ai la chance de ne pas encore l’avoir faite, mon compagnon est en or et a subvenu à mes besoins pour au moins un mois, le vital hein ? pas les factures ! Il est déjà super, de me soutenir dans ce combat lui aussi “QUI EST UN RIEN” que tu trouve de passage dans les gares souvent en poireautant car les trains ne sont pas à l’heure mais qui bosse dur pour subvenir au besoin de sa famille.

Alors, la “CELLE QUI N’EST RIEN”, “LA FAINÉANTE” que je suis a décidé de méditer. Puis, cela aide à la sérénité. Quand ta tête ne part pas dans tout les sens, fonce sur la méditation, sinon, c’est cuit ! Oui, oui, oui, la méditation est bon pour se dépolluer de cette information que tu viens de recevoir en pleine face. Tu as besoin de lâcher prise sur ces jolies paroles de ce monsieur.

Après, cette méditation, qui j’avoue me fait du bien, le creux s’installe. Un petit plat de pâtes s’impose. Puis, la vaisselle, la machine, le coup de balai pour les poils ou les plumes qui traînent.

Et, là, je me retrouve une fois de plus face à mon inactivité. Mais, à cette heure-ci, 14h je suis déjà fatiguée. De ne rien avoir fait ? de la Dystonie ? Des effets secondaires de traitements que je prends et qui m’ont fait passer une nuit atroce ?

Sieste avec le chat.

Je décide donc, de faire la sieste ! Genre de sieste quand tu commences, tu n’arrive pas à te reveiller, tu rêves, tu es bien. Tu oublies les soucis. Puis, tu te lèves par ton charmant voisin qui à 17h30 à décider d’écouter sa musique à fond… Je me retrouve dans une rogne !!! Forcément dans ce cas là, il te faut une personne qui mange hein ? Ben je suis sincèrement désolée à toi, cher compagnon pour ce message atroce ! Pardon (le pauvre, il en mange tous les jours!) [Note du compagnon : non, pas tous les jours ;)]

Fin d’après midi, je me décide à faire quelque chose de mes dix doigts, j’en ai besoin. J’écris donc cet article pendant que mon compagnon rentre du travail.

(Tiens, en parlant de lui, je bois un café en sa compagnie à 500 km de lui, pratique les téléphones, non ? tu peux même grâce à la magie de la technologie vivre ton amour via Internet !!! Ou manger un plat de pâtes accompagnée. Non, je ne suis pas en quarantaine, je ne bosse pas, je n’ai pas d’argent pour aller dans des activités ou prendre le train voir mon compagnon !… c’est tout !)

20h30, le voisin joue de la perceuse !!! Tout va bien, je vais manger léger ce soir. Pas besoin de manger plus qu’il ne faut quand tu es inactif. En plus, tu fais des économies !

Je te fais donc, cher lecteur un bilan de cette journée.

  1. Journée d’inactivité donc journée non productive.
  2. Journée non productive donc tu es frustrée car tu as l’impression de ne pas avoir avancé.
  3. Tu n’as pas avancé donc, tu n’as pas bougé de ce canapé, tu n’es pas sortie de chez toi.
  4. Tu n’es pas sortie de chez toi, tu es donc inactive !
  5. Tu es inactive ce qui conduit à ces maladies que je citais plus haut, plus la dystonie… J’ai le jackpot !
  6. J’ai pas le jackpot donc je ne fais donc pas parti des cases, tu es donc une “RIEN” .
  7. Etre RIEN ne fait pas parti de mon vocabulaire. Je suis active ? J’ai été active, toute ma vie d’avant ma dystonie. Mais, à cause de cette maladie, de ses cases, je le deviens. J’ai mal, je deviens mauvaise ? J’ai un tas d’émotions qui me chamboulent. L’inactivité, on en parle à la retraite non ?

J’ai 36 ans, j’ai une dystonie, j’ai le corps, certains jours, d’une femme de 70 ans et maintenant j’ai la pensée d’une personne près de la retraite. (Je suis donc sur l’apprentissage d’une nouvelle forme de vie ? Tiens mon intention qui s’en dégage.)

A toi, cher lecteur, d’avoir pris le temps, la patience de me lire. Je reviens très vite avec un nouvel article !

A suivre …

* Le bénéficaire, c’est la personne agée, le malade, l’handicapé chez qui tu interviens. J’ai mis ce terme entre guillemets car je déteste ce terme, je l’expliquerai sûrement dans un autre article car peut être un jour je serai l’un d’eux.

Partagez cet article

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*