La détente contre les contractures

Se détendre.

Il existe de nombreux synonymes à ce verbe qui peut paraître une perte de temps pour certains mais qui pour moi fait l’objet d’un apprentissage de tous les jours, désormais. Je ne parlerai pas des aides médicales à avaler le long de cette article, ce n’est pas mon objectif, j’avale assez de cachets comme cela. Je vais parler des trucs et astuces naturels, pas cher et qui peuvent être efficaces en plus de mon traitement.

Décompresser, lâcher, s’apaiser, se calmer, s’allonger, se dégourdir, se distraire, se relaxer, se reposer, s’abandonner… Se décontracter.

Lorsque l’on vit avec une dystonie pleine de contractures, de tensions musculaires. Ou lorsque l’on vit dans le quotidien de cet « homme pressé », une société où tout doit être rapide, nous devons apprendre à nous détendre. C’est une nécessité afin de pouvoir garder une vie heureuse et sereine. Ne pas savoir se détendre fait augmenter le stress, cela peut favoriser l’apparition de certaines maladies, de la prise de poids jusqu’au mal être et la dépression. Et dans le cas de la dystonie, certaines apparitions et augmentations de contractures peuvent apparaître. (Comme si je n’avais pas assez en plus de ses douleurs !)Dans cet article, j’ai listé quelques moyens que j’ai fais ou mis en place afin de retrouver cette détente.

Comment quand et où je me décontracte ?

1 : Tout d’abord, je dois consacrer du temps à cette détente. Je réserve des moments de ma journée comme si j’avais rendez avec elle. Ce qui me permet de me débarrasser de la culpabilité de ne rien faire de productif à ce moment là.

2 : Je cible mon humeur actuelle, je l’évacue. Cibler mon humeur favorise chez moi une meilleure détente. Si je suis en colère, il sera pour moi impossible de me relaxer. Il existe une tonne d’émotions et d’humeurs. Pour le coté ludique de l’article, je t’invite à regarder le film « Vice-Versa » de chez Pixar.

3 : Je me détends.

– Les exercices de respirations :

Ils peuvent être pratiqués partout et surtout n’importe quand dans la journée. Ce sont des exercices qui s’avèrent utiles pour moi et peu importe l’émotion. Par exemple lors d’un rendez vous médical (tu connais cette longue attente stressante dans cette salle pleine de livres mais aucun ne t’intéresse car tu ne penses qu’a te ronger tes ongles. Ou alors ce moment plein de peur ou tu sais que tu vas te faire « charcuter » ?) l existe des livres, des vidéos, des tonnes d’applications qui pourront te servir à apprendre (ou réapprendre) à respirer.

– La cuisine :

Préparer un repas sain et équilibré qui sera bon pour ma santé me permet de visualiser ma maladie, mes soucis, mon chef, l’administration au travers des aliments que je cuisine en ce moment, c’est la soupe (tu capites ton soucis, ou autre) et je fais subir la colère que je traverse. Ou d’un pain ou un gâteau, (lorsque tu malaxes la pâte, tu te sens déjà mieux). Cependant, une fois le repas au passage de la cuisson, je relâche toute énergie de colère pour remplacer par un sentiment de bien être, de zénitude en utilisant mes sens (ouïe, odorat, toucher, goût, vue).

– La musique et la danse :

J’allume mes playlists « Vice-Versa » spéciale humeur du jour. A chaque émotion, Colère, Joie, Dégout, Tristesse, je choisis de danser et chanter (je chante faux moi aussi, c’est le voisin qui en fait les frais mais c’est pas grave !). Je danse et je chante le temps d’acceptation et d’épuisement totale de mon humeur et je la remplace par la playlist musique contraire. Et, je recommence la session, je chante, je danse encore et encore seule ou avec mon chien ou même mon balai… Et, je fini par m’écrouler de détente sur ma playlist « Zen ».

– La marche, le sport :

Quelle que soit mon humeur (sauf si j’écoute mon égo : « reste dans fichu canapé !!! »), je favorise une heure de ma journée à la marche. Pourquoi ? Parce que d’une part tu te sens fière d’avoir relevé un challenge. Et parce qu’aussi que tu viens de prendre ta dose de lumière qui est pleine de vitamine D. Quel que soit le temps, il faut sortir, puis ensuite et bien tu apprécies mieux ton lit pour la sieste ou la nuit. Quand au sport, il est encore à proscrire pour moi, comme le travail. (Et, j’en ai fais du sport, j’adorais ça !)

– La méditation :

Elle existe sous plusieurs formes, les yeux ouverts par la visualisation d’un objet (chez moi c’est la bougie ) ou fermés (la visualisation intérieure des sensations par exemple). Soit je la pratique assise à même le sol, soit sur une chaise ou allongée. Je ne joue pas au contorsionniste, hein ? Si c’est pour avoir à souffrir le martyr avec la position du lotus ! Je laisse passer mes pensées et c’est important. J’aime dans ses moments là, la pratiquer avec de la musique, ou les bruits de la nature (faire abstraction des bruits qui m’entourent est encore difficile pour moi). Au départ, j’ai commencé par la méditation guidée des applications, des vidéos gratuites Avec la Dystonie, je ne peux pas méditer durant 20 minutes car les spasmes font leurs apparitions. Je médite entre 5 à 15 minutes et parfois, c’est impossible alors j’utilise d’autres de mes techniques. J’ai ancré la méditation régulière dans mon planning, deux à trois fois par semaine. Le matin : pour bien commencer la journée, le soir pour me me débarrasser des tensions accumulées la journée. Parfois même il m’arrive de le faire en milieu de journée à la place d’une sieste. Cela m’évite de trop dormir et d’être plus dynamique pour arriver en fin de journée.

– Un film :

Oui, pour certains, comme moi, je l’assume un bon film arrive à me détendre. « Le fabuleux destin d’Amélie Poulain », de Jean Pierre Jeunet. « Nos jours heureux », « Intouchables » d’Olivier Nakache et Eric Toledano. « Les bronzés », de Patrice Leconte. « Very bad trip », de Todd Phillips, « Bridget Jones » de Sharon Macguire… Et j’en passe. Mais il y a aussi les films Disney / Pixar : « Ratatouille », « Le monde de Némo », « Les Indesctructibles », « Zootopie », « Mary Poppins » ou encore « Le Roi Lion ». C’est souvent un film que je connais par coeur et où je n’ai pas besoin de réfléchir.

 

– Les odeurs :

Elles peuvent être un moyen assez rapide de relation pour moi, je vous parle des huiles essentiels (qui sont à manier avec précaution) en ce moment ma préféré est la lavande vraie.

– Les massages :

Si tu as un compagnon, ou un kiné, c’est fort pratique. Si tu as un gros portefeuille, tu peux aller aussi te l’offrir dans un salon. Ce qui n’est pas mon cas. Je me contente de me passer de la crême sur mes contractures (quand j’ai accès à celles ci !) et cela fait un bien fou mais généralement à court terme.

– L’eau :

Prendre une douche le matin me permet de me réveiller et le soir de me détendre. Les séances de kiné en piscine ont été bénéfiques pour ma détente. Mais, certains exercices ont réveillés certaines douleurs… Peut être devrais-je retourner à la piscine de temps à autre ? Ah oui, bonne idée mais non, je n’ai pas le budget. Alors, je me contenterais de la douche désormais ou d’un bain de pieds.

– L’animal détente :

Et, oui, le ronron du chat ainsi que les câlins de mon chien aident à ma détente.

– Et enfin, une passion. Je te parle d’un hobby exécutoire ou pas. Pour moi c’est la créativité et le lien avec la nature. Mais, ceci est un autre sujet que j’aborderais dans un prochain article.

Et toi, lecteur, que fais tu pour te détendre ? T’autorises tu un moment de détente ? Car moi, je le fais depuis peu de temps…

Détendement vôtre,
Belle et lumineuse journée

Partagez cet article

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*